Humeurs en vrac d'une chroniqueuseSaint-Adalbert, Saint-Marcel, Saint-Omer, Saint-Pamphile, Sainte-Félicité, Sainte-Perpétue, Tourville

Humeurs en vrac d’une chroniqueuse – Se réinventer Noël

Par Journal l'Écho d'en Haut le .

Je le regardais danser dans le salon devant le majestueux sapin. Ses petits yeux brillaient plus qu’à l’habitude. Il se mirait dans les boules les plus brillantes en poussant des petits OH! AH! Son vocabulaire réduit traduisait mal ce que son corps exprimait dans ses mouvements. Que c’est beau un enfant émerveillé !

J’en ai profité et je me suis fait des images mentales de ce moment qui, à coup sûr, ne repasseront pas. Les noëls magiques de nos enfants perdent un peu de leur magie au fil des ans, et on va se le dire, ce n’est certes pas en 2020 que nous vivrons un Noël des plus festifs. Avec l’année plutôt ordinaire que l’on vient de traverser et la complexité des calculs mathématiques pour réussir en quatre jours à ne voir que 20 personnes de trois ménages différents maximum répartis en 2 dates uniquement, tout en se tenant à deux mètres, ça enlève un peu de spontanéité aux Fêtes de famille improvisées (et encore, c’est sans compter si d’ici Noël tous ces calculs seront encore d’actualité). 

Annulée, donc, la traditionnelle grande tablée autour d’un repas fumant et les parties de cartes bien arrosées jusqu’aux petites heures. Annulée aussi la traditionnelle tournée des Grands Ducs qui nous obligeait à dormir habillés parce qu’on était réveillés une, deux ou plusieurs fois à des heures indues par des « mononcles » un peu chauds qui venaient boire un dernier verre tout en nous souhaitant de Joyeuses Fêtes.

Même la messe de minuit est en péril cette année. Comment peut-on avoir le cœur en fête si ce n’est que de revenir à la base? Revenir à de toutes petites choses et de toutes petites joies. Écouter de la musique de Noël en montant le sapin, cuisiner des mets qui nous ramènent directement dans nos souvenirs, regarder Ciné-Cadeau et revoir pour la centième fois « Le miracle de la 34e rue’ », aller jouer dehors. Il n’y a pas d’âge pour aller se coucher dans la neige et regarder les étoiles, pas d’âge pour aller faire une guerre de balles de neige avec nos enfants. On ne peut se voir à l’intérieur? Pourquoi on ne se verrait pas à l’extérieur autour d’un gros feu dans la cour, des guimauves, des saucisses et de la musique de Noël ? Bien sûr, je suis nostalgique des noëls d’antan mais je crois que c’est simplement parce que cette année quelque chose m’en prive, simplement parce que de mon plein gré, je ne peux décider de fêter ou pas. Qu’à cela ne tienne, je vais en faire contre mauvaise fortune bon cœur et je vais profiter de ce temps de repos pour penser un peu plus à moi, pour porter un pyjama neuf sous mon habit de neige, pour faire des anges dans la dernière bordée et boire un chocolat chaud en regardant mon petit-fils danser autour du sapin aussi souvent qu’il me sera donné de le faire. Je vais regarder les miens un peu de loin, les yeux pleins d’eau dans l’attente de la prochaine étreinte puis, le 31 décembre à minuit, je vais sortir adresser des vœux à la lune en l’implorant de redonner un peu d’humanisme à l’humanité. Je vais lui demander de prendre soin des gens que j’aime et d’adoucir les cœurs. Je vais espérer que 2021 tourne enfin la page sur cette pandémie qui a chamboulé nos vies à jamais et à vous tous qui me lisez chaque mois je souhaite un peu de douceur tous les jours. JOYEUSES FETES !

N.D.L.R. : Cette chronique « Humeurs en vrac d’une chroniqueuse », sera publiée mensuellement dans votre journal. Nous avons eu l’idée de lancer cette chronique qui se veut un moment de lecture amusant, de réflexions et d’échanges sur différents sujets mélangés d’émotions de la vie quotidienne.

Je vous invite à partager vos réflexions en vous rendant sur notre site Internet : echodenhaut.org,  cliquez sur l’onglet « Chroniques » et choisissez celle que vous voulez lire et/ou commenter.

Le journal l’Écho d’en Haut Inc., se garde le droit de modifier, écourter ou encore refuser de publier certains commentaires pouvant causer préjudice.  Au plaisir de vous lire !

Un commentaire

Sylvie Ouellet dit :

Quel beau texte !

Il n’y a pas d’âge pour avoir le coeur jeune ! C’est bien vrai ! Il y a environ 3 semaines, quand j’ai eu fini de déneiger les entrées, sous une pluie fine, j’ai décidé de faire un bonhomme de neige, juste parce que j’avais besoin de me vider l’esprit de tout ce négatif qui nous entoure. Je l’ai fait dans la cour de mon voisin pour lui faire plaisir. C’était sa fête… Je suis rentrée trempée, mais quel bien ça m’a fait !

Je suis d’accord avec vous sur plusieurs points de votre texte. Soyons nombreux à regarder la lune, le 31 décembre, à minuit, en lui demandant de remplir l’humanité de bonté et de prendre soin des nôtres. Tiens, je vais lui demander aussi de prendre soin de vous et de votre famille. Heureuses Fêtes !

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *