Gens de chez nous !Saint-Pamphile

Jean-Philippe et Marie-Pier Gaudreau ont choisi l’Alberta

Par Marie-Ève Francoeur le dans Alberta, Fort McMurray.

Jean-Philippe et Marie-Pier sont les enfants de Jean-Pierre Gaudreau et de Doris Bélanger de Saint-Pamphile. Ils habitent tous les deux à Fort McMurray en Alberta. Je vous présente leur parcours respectif.

Le parcours de Jean-Philippe

 À la fin de son secondaire en 2004,  Jean-Philippe s’inscrit au cégep FX Garneau à Québec, il veut devenir policier. Sa candidature n’a malheureusement pas été retenue, le programme étant contingenté. À partir de ce moment-là c’est par essais/erreurs qu’il suit des programmes tant collégiaux que professionnels sans trop de succès, il est indécis.

Il se tourne alors vers le travail chez Maibec. Pour quelques années, il a le soutien de ses parents et le temps de prendre de la maturité et de l’expérience. À 19 ans, il tente sa chance à la Gendarmerie Royale du Canada, il se fait dire qu’il est trop jeune et limité avec son bilinguisme.

Jean-Philippe avec Alice et Kelly.

Il décide alors de suivre une formation en Sécurité à l’Institut Grasset de Montréal, un programme de 840 heures. Tout va bien, il a d’excellentes notes, aime beaucoup les cours (auto-défense, prévention de sinistre, gestion de crise, rédaction de rapport, premiers soins, anglais, etc.) Il aime la sécurité, celle  qui se rapproche du métier de policier et de la GRC.   Il gradue en 2011.

Pendant ce temps, sa sœur Marie-Pier habitait à Calgary en Alberta avec son copain. Elle lui parle beaucoup des possibilités de travail qu’il aurait en allant les rejoindre, il deviendrait bilingue et de plus, mieux rémunéré.

Jean-Philippe se dit qu’avec cette expérience il pourrait essayer d’intégrer la GRC à nouveau.

Il va donc rejoindre sa sœur qui est déménagée à Fort Mcmurray (9 heures de route de Calgary), elle l’héberge, ce fut très apprécié et il ajoute : « je suis très reconnaissant d’avoir eu leur support en arrivant en Alberta ».

Lors de la première entrevue pour Garda, une entreprise de sécurité, il était nerveux, son anglais médiocre lui faisait peur, il pensait laisser son cv et compléter le formulaire de demande d’emploi sans plus. Mais contre toute attente, il est engagé, le fait qu’il parle français est un atout pour lui. Il travaillera sur des sites de sables bitumineux pour Garda et le Canadian Natural Ressources Limited (CNRL) où il y avait beaucoup de francophones. Il faisait la traduction lorsque cela était nécessaire. Étant entouré d’anglophones, il a vite appris l’anglais : « ça fait bizarre de dire ça, mais la première fois que tu rêves en anglais tu sais que tu commences à être meilleur ! »

Après 9 mois, il obtient une promotion patrouilleur, à 25 ans,  il est en charge de 30 agents de sécurité. Il a la chance de travailler avec une compagnie privé, D Pike Security Service inc. (DPSSI) qui venait avec des chiens renifleurs (narcotiques). Trois années plus tard, on lui offre un emploi pour devenir maître-chien. Avec un nouveau chien, il fut envoyé en Ontario  pour y être certifié par un spécialiste dans le domaine du dressage de chiens, M. Sid Murray.

Jean-Philippe à droite lors de sa certification avec sa chienne. Il est accompagné du policier-entraineur.

Jean-Philippe travaille toujours pour DPSSI comme maître-chien et ce, depuis 5 ans. Alice sa première chienne a dû être euthanasiée à cause de complications médicales. Maintenant il a deux Labrador noirs : Shadow et Kelly !  « Best  co-worker ever »

Jean-Philippe a eu la chance de travailler sur plusieurs sites de sables bitumineux majeurs dans l’industrie (Suncor / Shell /  CNRL / NEXEN).

Sa copine des deux dernières années est native de Terre-Neuve et aime elle aussi beaucoup l’Alberta . Ils croient bien y rester encore plusieurs années.

Jean-Philippe n’est peut-être pas devenu policier ou agent dans la GRC, mais il est heureux : « c’est quelque chose hors du commun comme emploi et travailler avec des chiens toute la journée, c’est super! »

————————————–

Le parcours de Marie-Pier

À la fin de son secondaire à l’école secondaire La Rencontre de Saint-Pamphile, Marie-Pier a complété un DEC (diplôme d’études collégiales)  en commercialisation de la mode au campus Notre-Dame-de-Foy de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Marie-Pier avec son conjoint et leur fille !

Elle a toujours été passionnée par la mode et le monde des affaires. Durant ses études elle a travaillé au centre sportif Le Jasmin comme serveuse et a été sauveteur à l’Auberge-du-Faubourg.

C’est à la fin de ses études collégiales avec son conjoint, Jean-Philippe Cloutier (natif de Sainte-Perpétue) qu’ils décident tous les deux, de relever de nouveaux défis et de déménager en Alberta, une province qui offre beaucoup d’opportunités. « Si on ne le fait pas maintenant on ne le fera jamais! » se dit-elle.

Arrivée en 2009 à Calgary, elle est engagée comme gérante d’un magasin de vêtements Guess. Après seulement quelques mois, elle est chargée de l’emploi et la formation d’employés pour les huit nouveaux magasins de la chaîne qui vont ouvrir dans l’année. Durant ce temps, son conjoint travaille à Fort McMurray ;  en mars 2011 ils y déménagent. Elle travailla pendant plus d’un an comme gérante pour la boutique de vêtements Le Château. Ils font l’acquisition d’une maison et en février 2012 est née leur fille Haylee. Durant son congé de maternité, Marie-Pier retourne à l’école pour suivre une formation afin de pouvoir opérer des Heavy Hauser, Caterpillar 793, Komatsue 930 ! Rien de moins que les camions les plus gros du monde ! Ouf, elle n’a peur de rien!

Haylee est maintenant âgée de 9 ans. Elle fait partie de l’équipe de danse Compétition. La danse est sa passion, elle danse le ballet, jazz, contemporain, claquette et hip hop.

 Marie-Pier est engagée en décembre 2012 par la compagnie Syncrude, en tant qu’opératrice d’équipements. Syncrude est l’un des plus importants exploitants de l’industrie des sables bitumineux au Canada. En seulement un an, elle a été formée pour opérer Loader WA600, Excavator John Deere 870, Grader 24M et Dozer Caterpillar D11. Elle adore opérer tous ces engins. En 2019, elle est promue au poste de coordonnatrice de production pour la mine :elle est responsable des équipements et doit s’assurer qu’ils soient réparés à temps pour que les opérateurs et leaders aient tout ce qu’ils ont besoin pour compléter et atteindre les plans d’opérations remis tous les jours. Ses opportunités d’avancement à Syncrude sont infinies, elle se voit bien y continuer jusqu’à sa retraite.

Marie-Pier devant son engin de chantier.

Marie-Pier a manœuvré plusieurs de ces mastodontes  !

Jean-Philippe, son conjoint, est maintenant propriétaire d’une compagnie à Fort McMurray, elle souhaite beaucoup de succès à son entreprise.

Pour eux, la maison, c’est Fort McMurray, ils y ont beaucoup d’amis et ils aiment le style plus relax des Albertains. Ses parents les visitent souvent.

On peut dire que Marie-Pier n’a pas froid aux yeux. !

Bonne continuation !

————

À propos du feu de forêt à Fort McMurray

Un feu de forêt qui s’est déclaré le 1er mai 2016, a ravagé Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta, détruisant au moins 1 600 bâtiments et forçant l’évacuation de plus de 80000 résidents.

Résidents de Fort McMurray en cours d’évacuation le 3 mai 2016 le long de la Route 63 alors que le feu envahit la zone.

À ce moment, les parents de Jean-Philippe et Marie-Pier étaient à Edmonton pour les visiter lorsque l’incendie a débuté. De Fort McMurray toute la famille est allée vers le nord où des camps de travailleurs ont été  mis à leur disposition. Ils sont ensuite revenus vers Edmonton dans le but de revenir au Québec. L’autoroute était remplie de véhicules abandonnés , ils voyaient  les restes des  bâtiments brûlés et une épaisse fumée.

Leur maison respective n’a subi aucun dommage. Ils ont dû tout nettoyer l’intérieur et  jeter des vêtements. Ils sont restés au Québec deux mois environ.

———————————————–

Si vous connaissez quelqu’un qui mérite d’être connu davantage, faites-nous-en part. Nous serions heureux de publier ses réalisations.

Ce service est gratuit.

Vous avez de la difficulté en écriture, pas de soucis, notre pigiste Marie-Ève s’occupera de peaufiner ou composer le texte à partir des renseignements que vous lui aurez fournis.