Articles des pigistesSainte-Perpétue

Sophie Pelletier et L’Héritage, une convergence culturelle et artistique

Par Françoise de Montigny-Pelletier le .

Crédit photo Catherine Chouinard Photographe

 Sophie Pelletier, porteuse de son propre héritage culturel, a donné un spectacle à la Médiathèque L’Héritage, le soir du 6 décembre, au grand plaisir de l’auditoire rassemblé dans la nef et le jubé de l’église de Sainte-Perpétue.

Crédit photo Catherine Chouinard Photographe

Rappelons d’abord que la musicienne et auteure-compositrice-interprète Sophie Pelletier est originaire de la MRC de L’Islet par ses deux parents et qu’elle-même est née à Rivière-Ouelle. Son père musicien s’est fait connaître comme membre d’un groupe musical familial « Les Royals» bien connu dans notre région. Son grand-père Joseph Pelletier est devenu une légende locale dont la silhouette jouant du violon et sculptée dans le bois par l’artiste Clermont Gagnon de Sainte-Félicité est fixée dans le paysage de cette municipalité aux abords du Lac du Curé, derrière l’église. Trois générations s’exprimant par la musique et ralliant un auditoire attentif et reconnaissant.

Cet héritage artistique, mémoire vivante de notre culture régionale, a fait que le comité de la Médiathèque a reçu une réponse positive à son invitation adressée à Sophie Pelletier. Désirant appuyer la mission de ce projet de diffusion culturelle pour L’Islet-Sud, l’artiste a ainsi préparé une version toute spéciale de son spectacle à la demande de son hôtesse. Surprise imprévue cependant, au moment où elle a entamé « À l’envers », elle a dû faire face à une interruption du son. Patiente, elle s’est retirée en coulisses avec ses collègues, jusqu’à ce que ce problème technique soit réglé; puis le groupe a continué sa prestation. Elle a même, exceptionnellement, inclus dans la programmation de cette soirée quelques airs associés au « temps des fêtes », alors que ces mélodies n’étaient habituellement pas dans son répertoire. Elle a ainsi offert : « La plus belle nuit du monde, Ave Maria, War is over de John Lennon, Marie-Noël de Claude Gauthier, Le Sentier de neige en mode très lent et 23 décembre de Beau dommage », entre autres. Elle a aussi interprété des extraits de son dernier disque « C’est pas comme ça qu’on s’aime ». Son groupe est composé de Maxime Reid-Vermette à la batterie et de Camille Gélinas au clavier. Elle s’accompagne tantôt d’une guitare électrique, tantôt d’une guitare acoustique et touche aussi la batterie. L’artiste a offert des solos avec ces différents instruments et des pas de danse en ce soir mémorable et rassembleur.

Quand l’émotion se transmet

Moment d’émotion pour l’auteure de ces lignes couvrant cet évènement culturel… Oui, j’ai été très touchée lorsque que Sophie a commencé à chanter les premières phrases du « Hallelujah » de Leonard Cohen… à peine trois heures après que j’aie entendu des extraits de cette chanson au lyrisme émouvant, interprétés par une chorale et diffusés lors du bulletin de nouvelles sur Radio Canada. C’était en effet à l’occasion de la cérémonie tenue à Montréal, lors de la commémoration de la tragédie de l’École polytechnique, un autre six décembre…

Que ce soit à titre d’interprète des mots des autres ou comme auteure et compositrice de chansons, Sophie est préoccupée par le sens des paroles mises en musique. Elles doivent avoir un sens, partager des idées, diffuser un message. Elle s’intéresse entre autres au droit d’expression et à la liberté des femmes, des sujets inépuisables comme elle nous l’a confié ce soir-là entre deux interprétations. Elle a enchaîné avec « You make me feel like a natural woman ». Ses inflexions vocales, son registre passant d’alto à soprano, le soin avec lequel elle termine chaque interprétation avec des finales pas banales, des chutes fignolées, ne nous laissent pas neutres. L’auditoire ne peut qu’en être touché. Alors qu’elle accordait ses instruments, entre deux chansons, elle a précisé : « Je donne de l’amour à mes guitares! ». Lors de cette prestation spéciale, elle a suggéré de l’accompagner à certains moments. En mode balade, traditionnel, blues, jazzé ou pop/disco, le ton variait, ajoutant une dose d’humour selon les thèmes. Puis, pour créer plus de proximité encore, elle a proposé un segment plus convivial, nous demandant de nous imaginer dans l’ambiance d’un feu de camp. Elle a tendu à des enfants des sacs de guimauves à l’érable pour leur faire distribuer dans la salle. Puis, elle a poursuivi son répertoire seule avec sa melodica. En finale, elle a chanté une de ses premières compositions, «Sarah Sans Sourire ».

Sophie se révèle être une artiste non seulement talentueuse mais travaillante et méthodique. Elle possède maintenant sa propre maison de production « Joseph Musique ». Solidaire et impliquée, elle a participé avec Bobby Bazini, Kevin Parent, Yann Perreau et Mélissa Bédard à un spectacle bénéfice pour soutenir le Café culturel La Chasse Galerie après l’incendie. Elle a participé également à la Grande Guignolée.

On peut entendre Sophie lors de La Fureur du 4 janvier sur Radio-Canada, accompagnant ses collègues récipiendaires de l’édition 2012 de Star Académie. Un court rappel de ce succès déclencheur. Visitez le site suivant :
https://ici.radio-canada.ca/tele/la-fureur/site/videos?initialPageSize=&mediaId=8205622
Aussi, émission spéciale du 17 décembre sur CJSO 101,7 FM avec King Melrose et Jipé Dalpé
Écoutez, dansez, chantez et partagez allègrement: http://smarturl.it/SP_pascommeca
Sites Web de l’artiste: sophiepelletier.ca et https://fr-ca.facebook.com/SophiePelletierVIP
https://www.adls.ca/spectacles/sophie-pelletier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Pelletier

M. Sébastien Ouellet, président de la Médiathèque L’Héritage de L’Islet-Sud.
Crédit photo : Catherine Chouinard Photographe

Sophie au centre, est entourée des membres du
comité organisateur de la Médiathèque L’Héritage de L’Islet-Sud.