Humeurs en vracSaint-Adalbert, Saint-Marcel, Saint-Omer, Saint-Pamphile, Sainte-Félicité, Sainte-Perpétue, Tourville

Humeurs en vrac d’une chroniqueuse

Par Journal l'Écho d'en Haut le dans Chronique.

Les grandes chaleurs.

L’été commence tout juste et j’ai déjà hâte aux beaux jours de l’automne, quand le soleil est encore chaud mais que mon corps ne se liquéfie pas dès le saut du lit.

Plus les années passent plus je déteste l’été.  En fait, je ne déteste pas tant l’été que la chaleur de l’été.  Ah!  La chaleur qui me paralyse, qui m’englue et qui fait que les gens me jugent quand je leur parle de mon malheur lorsque le mercure dépasse les 25 degrés Celsius.

Quoi?  J’ai bien le droit de me plaindre de la chaleur puisque jamais, au grand jamais je ne me plains de la froidure de l’hiver.  Je suis de ceux qui ne sont tout simplement pas nés dans le bon pays.  L’Islande,  Kuujuaaq ou même la Mongolie me font rêver.  Je me vois dans mes rêves emmitouflée la nuit dans une yourte en peaux de bêtes, avec le bout du nez froid et le cœur content.   C’est en plein milieu de ces rêves que je me réveille en sueur, la jaquette trempée et le derrière des genoux ruisselants.

Quelle désagréable sensation que de supporter un facteur humidex en permanence.  Je suis une glande sudoripare ambulante.  J’ai chaud même l’hiver. Dans ma voiture, il est très rare que je parte la chaleur.  Je dégivre mes vitres et je ferme le tout.  D’ailleurs, ma voiture n’est jamais totalement déneigée l’hiver parce que l’habitacle n’est jamais suffisamment chaud pour que la neige fonde.

Vous pouvez me juger aussi.  J’ai l’habitude.  Nous sommes très peu de gens qui osons avouer notre dégoût de dégoutter.  C’est plutôt mal vu de se plaindre de quelque chose qui n’est au fond que quelques semaines de beau temps sur une année entière de temps moche et de frette,  parce qu’on va se le dire, ici, l’hiver, c’est pas juste froid, c’est frette.  Mais, un bon frette.  Un frette qui garde les chairs fermes et qui permet de marcher plus vite lors de nos déplacements.  Un frette qui garde jeune et en santé quoi.

J’accepte parfois d’avoir chaud, quand j’ai un plan d’eau à proximité pour me refroidir le mercure et me redonner le sourire.  Dans ces conditions, une limonade fraîche à la main, j’arrive à profiter du temps clément et de parfaire le bronzage qui me donne quand même un teint radieux pour les durs mois qui suivront.

Ne me parlez pas de m’étendre sur une chaise longue de longues heures pour prendre des couleurs.   Je ne suis pas un steak qu’on badigeonne aux 15 minutes à la crème solaire pour ne pas qu’il brûle.  Faut se le dire, le soleil, il a changé depuis ma naissance.  Il est sournois,  même caché derrière une épaisse couche de nuages duveteux, il nous brûle l’épiderme, le derme et même plus.  Fini le temps de l’insouciance où nous passions des journées sur la plage sans nous faire de retouche de FPS.  Impossible maintenant d’oublier une brassée sur la corde une journée de temps sans avoir peur de la retrouver changée par le soleil.

Ah! mon Dieu, y’a pas que le soleil qui change.  Peut-être que finalement, c’est moi qui change.  Je remarque en écrivant que je suis très proche de la ménopause.  C’est peut-être de là que me viennent les chaleurs et le mauvais caractère finalement.

Sur ce, je vais aller me doucher, encore, et je vous souhaite un bon été. •

—————————————————–

N.D.L.R. : Cette chronique « Humeurs en vrac d’une chroniqueuse », sera publiée mensuellement dans votre journal. Nous avons eu l’idée de lancer cette chronique qui se veut un moment de lecture amusant, de réflexions et d’échanges sur différents sujets mélangés d’émotions de la vie quotidienne.

Je vous invite à ajouter un commentaire  (voir plus bas). 

Le journal l’Écho d’en Haut Inc., se garde le droit de modifier, écourter ou encore refuser de publier certains commentaires pouvant causer préjudice.

Au plaisir de vous lire !

 

 

4 commentaires

Johannie Bérubé dit :

Tellement opportun comme sujet dans cette canicule où mon bébé ne s’endure pas les ti pains collés ensemble ! Ahah Merci pour ce partage ! J’adore vous lire 🙂

Diane Bérubé dit :

Merci pour votre commentaire. Bonne journée !

Réjeanne Leclerc dit :

Mon dieu que je me reconnais dans ce texte. 😄
Pas évident de toujours se croire la seule a suer.

Vicky Blanchet dit :

Profitons de la chaleur car ça ne dure pas assez longtemps… Vive l’eau pour se rafraichir 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *