Articles des pigistesSainte-Félicité

Le Festival Fleurdelisé connaît un autre beau succès

Par Joanne Tardif le dans Fêtes et événements.

Le mauvais temps du vendredi 23 juin n’a pas empêché la population de bien répondre à l’invitation du festival. Tous étaient donc confinés dans la salle municipale et sur la galerie extérieure couverte, pour entendre le groupe Mordicus et en première partie, le groupe de musiciens locaux pleins de talents, composé de Jocelyn Bernier, Luc-Olivier Bélanger, Mathieu Létourneau, Jean-Philippe Robichaud et Steve Thibodeau.  La Grande Débauche y est allée de bons vieux rocks québécois populaires. Ils auraient facilement pu poursuivre ainsi toute la soirée au grand plaisir des spectateurs et danseurs, mais leur fonction étant satisfaite, de réchauffer l’atmosphère, le matériel a rapidement était remballé pour laisser la place à Mordicus. Plusieurs auront reconnu le chanteur du groupe, Maxime Desrosiers, qui a performé à l’édition 2017 de La Voix. Ce groupe du Saguenay, qui a vu le jour en 2010, y est allé de ses compositions qualifiées d’Hypno blues mélodiques.

Les fortes précipitations du 23 juin ont toutefois forcé le report du feu de la St-Jean au lendemain, de même que l’activité des lanternes sur le lac du curé. C’est donc sous une soirée plus clémente le 24 qu’a pu se produire le chansonnier Marco Robidoux et tous ont profité du feu extérieur. Kent Bois et Sébastien Pelletier nous avaient auparavant fait rire avec leurs spectacles d’humour, Kent allant même jusqu’à se déguiser en Fanfreluche pour parler des avancées technologiques en informatique depuis l’arrivée d’Internet et des modifications majeures au sein des familles québécoises, comparativement à celles traditionnelles d’il y a 40 ans. Fanfreluche aurait du mal à s’y retrouver!

Une compétition de drave est venue s’ajouter à cette 41e programmation et gageons qu’elle reviendra aussi l’an prochain. Six téméraires ont tenté leur chance, mais c’est le billot qui a gagné à chacune des fois! C’était super comique et bravo pour les efforts de Zacharie Leclerc,  Mathieu et Samuel St-Pierre, de même qu’Anthony, Steve et Thomas Gagnon, car ça n’avait pas du tout l’air facile de rester en équilibre sur cette bille de bois et d’essayer de traverser le lac du curé!

Il fallait d’abord réussir à monter dessus et se tenir debout et ensuite essayer d’avancer en s’aidant d’une perche. Vous pouvez facilement imaginer les pertes de contrôle cocasses quand le billot se mettait à tourner! Tous s’affrontaient ensuite, deux par deux, un debout à chacune des extrémités du billot. C’est Thomas Gagnon, contre son père, Steve Gagnon, qui a finalement remporté les honneurs en restant le plus longtemps en équilibre dans ces duels.

Zacharie Leclerc sur le billot et le duel père-fils entre Steve et Thomas Gagnon à la drave.

La traditionnelle course de boîtes à savon, qui sont de plus en plus sophistiquées d’année en année, se déroulait le samedi matin, suivie en après-midi par celle des tracteurs à gazon modifiés.

Tire de chevaux, méchoui et brunch ont, comme à l’habitude, contribué au succès du Festival. Lors du méchoui, un hommage, fort bien préparé par Mathieu St-Pierre, a été rendu aux équipes de balle molle qui ont fait la fierté de Sainte-Félicité.

Une équipe avec des poneys, lors de la tire.

Yannick Lavoie, qui n’a plus besoin de présentation et qui réussit à remplir une salle même lorsqu’il fait un soleil radieux dehors, animait la danse du dimanche après-midi.

Tous y ont encore trouvé leur compte avec ces multiples activités qui incluaient aussi une trentaine de perroquets pour lesquels nous pouvions servir de perchoirs dans l’église! La troupe Perroquet Pirates, venue de Québec, nous transmettait leurs connaissances et passion pour ces oiseaux importés d’Australie. Bravo au comité organisateur qui se dévoue à créer de tels rassemblements familiaux hors du commun!

Adam Gagnon et sa grand-mère Réjane.

Photo à la une : 

Quelques-uns des joueurs de balle molle de l’équipe de Sainte-Félicité, entre 1989 et 2014! Crédit photo: Lison Carrier