Articles des pigistes

Accommodation Leclerc de Sainte-Perpétue, 10 ans déjà !

Par Françoise de Montigny-Pelletier le .

images

Après 20 années de vie commune et d’entrepreneuriat partagés, Stephane Leclerc et Martine Cloutier se sont lancés, il y a 10 ans déjà, en 2005, dans cette nouvelle aventure, la reprise du magasin d’alimentation de M. Normand Castonguay.

Ils en ont fait un commerce renouvelé, tout en gardant quelques traditions des propriétaires précédents et en ajoutant de nouveaux produits et services.

L’achat local, assurance de vitalité pour un village

En 2010, le couple choisissait parmi trois propositions d’un architecte le projet de rénovation extérieure du bâtiment commercial et de leur résidence juxtaposés l’un et l’autre. Les travaux réalisés par la suite ont fait place à un ensemble cohérent, esthétique et aussi pratique pour la clientèle. D’ailleurs, chez Stepĥane Leclerc, le service à la clientèle a  toujours été le moteur, l’élément déterminant dans tout ce qu’il a entrepris, et cela, dès l’adolescence. Consulter les clients, identifier leurs besoins, tenir compte de leurs suggestions, est un gage de satisfaction et de fidélité de la part de ceux qui fréquentent ce commerce aux allures d’un magasin général. C’est d’ailleurs pourquoi le propriétaire a choisi la raison sociale d’accommodation plutôt que de dépanneur. Car Stéphane Leclerc désirait créer cette ambiance qu’on retrouvait avant dans les commerces de village, un endroit convivial dans lequel on s’attarde, on jase et on trouve un peu de tout mais aussi des petites spécialités avec une couleur particulière, un côté original qui se démarque. Pas question de concurrencer les autres commerces, chacun se spécialisant et offrant des heures d’ouverture différentes.

Mais pour maintenir et renforcer le commerce de proximité et l’achat local, il faut cette touche spéciale qui attire la clientèle et la garde captive. Prenons par exemple le comptoir de la boulangerie : le pain est cuit sur place, mais surtout, il lève à l’air libre et non dans une étuveuse. Son arôme attire les gourmands et réveille certainement des souvenirs… Martine est confortable dans son royaume, la cuisine intégrée au commerce dans laquelle elle concocte ses plats à emporter. Encore là, on y prépare des spécialités confectionnées de a à z sur place : différentes sortes de pâtés en croûte, de tartes, de charcuteries, de pizzas et de sandwichs, dont le très populaire « trio » incorporant du fromage et 3 sortes de viande en versions pain standard et pain de ménage. S’ajoutent à cela des salades maison assez consistantes pour servir de plat principal. Accommoder, c’est aussi offrir des produits qu’on ne trouve pas localement. Les jeunes souhaitaient se procurer des vêtements de certaines marques, on trouve donc un choix de modèles dans une section vêtements. Un club vidéo approvisionne les clients en location et vente de films avec l’assurance d’y trouver des primeurs; une autre section est consacrée aux jouets . Des enseignes originales suspendues au-dessus des allées  identifient les sections : Avenue des biscottes, avenue du déjeuner, du potager, du laitier, des animaux, etc. Les allées sont numérotées, ce qui aide les commis à guider les gens qui ne sont pas des habitués. M. Leclerc maîtrise très bien l’informatique, ce qui lui permet plus d’efficacité dans la gestion de son entreprise et une meilleure rentabilité. Il offre aussi sur place un service de lettrage de vinyle.

De tradition familiale en projet de vie à deux

Stéphane Leclerc possède la fibre de l’entrepreneuriat : il a eu l’occasion déjà à l’adolescence de travailler dans des différents commerces. Plus tard, installé avec sa conjointe à Sainte-Perpétue, il fut à l’emploi de la quincaillerie de la coopérative pendant 12 ans et est devenu gérant de ce département. Le couple Leclerc Cloutier a tenu un poste à essence entre 1991 et 1996 puis a ouvert un casse-croûte La Fringale en 1997. On a surnommé Stéphane « King Patate » parce que les frites étaient faites sur place, à même des ingrédients frais, et même, au début, les patates étaient épluchées à la main . Il opéra d’abord un genre de cantine mobile puis installa le casse-croûte dans une remorque et donna ce service pendant 5 ans. Stéphane tient un peu de son grand-père qui a parcouru pas mal de kilomètres dans le nord du comté en livrant le lait aux maisons. À la blague, l’aïeul aimait raconter qu’ à force de brasser les voyages de lait dans son vieux camion, son chargement  virait en « tonne de beurre »! Stéphane se souvient d’avoir couru les érables avec un cheval.  À peine âgé de 48 ans, il a l’impression d’avoir vécu deux périodes de temps très différentes, avant les gros changements technologiques et après, en portant en lui une certaine tradition familiale. Sa mère lui a appris les tâches domestiques et il est devenu rapidement autonome. Son père était aussi autodidacte, patenteux et polyvalent dans son travail. Mais il avoue que s’il n’avait pas rencontré Martine, il y a plus de 30 ans, et s’il n’avait pas bénéficié de son appui et de sa constance , il n’aurait pu réaliser tous ses projets. Elle a été toujours présente, active et s’adaptant aux diverses initiatives commerciales de son conjoint. Martine et Stéphane sont les parents d’une jeune femme très déterminée et débrouillarde qui a poursuivi des études universitaires. Il nous semble que leur famille s’étend aussi à celles et ceux qu’ils côtoient dans leur commerce, bras et cœurs ouverts… 

Photo à la une : Martine Cloutier et Stéphane Leclerc, 10 années bien investies à Sainte-Perpétue.

Stéphane Leclerc devant l’étalage des produits maison avec le fameux sandwich TRIO en main.